Entretien avec Anne-Charlotte, ancienne étudiante et aujourd'hui chef d'entreprise

Vous êtes ici

25avr2018
pro esthétique

Nous avons rencontré Anne-Charlotte, ancienne étudiante à Maestris Beauté Lille, et aujourd'hui professionnelle de l'esthétique et chef d'entreprise. On a en profité pour lui poser quelques questions !

Parlez-nous de votre parcours scolaire

J’ai commencé mes études à l’ISEG à Lille ayant trouvé un travail d’étudiante en restauration, j’ai très vite adoré ce métier. J’ai donc fait par la suite un M2 en hôtellerie-restauration et événementiel pour en faire mon métier. Après plusieurs années dans les métiers de l’événementiel et de la restauration j’ai choisi de faire une reconversion professionnelle et de passer un CAP adulte en un an avec le module performance beauté à l’école Maestris de Lille.

Ma formation au sein de l’école Maestris beauté Lille a été une vraie aventure, cela a été un choix difficile pour moi de me remettre dans les études. Mais j’ai aimé ma formation. Le plus grand atout de cette école c’est son équipe d’enseignants car pour une grande majorité d’entre eux ils sont à l’écoute de leurs élèves, sont impliqués dans notre année, nous aident à voir plus loin et nous portent vers la réussite même si nous doutons souvent.

Grâce à cette école j’ai pu faire un stage dans un institut qui m’a apporté beaucoup et au sein de l’entreprise Sisley qui était très formatrice aussi. Parfois j’ai été découragée mais personne ne nous laisse tomber et aujourd’hui je sais que si j’ai besoin d’aide les portes restent grandes ouvertes.

Décrivez-nous votre entreprise et expliquez-nous vos choix.

Mon institut s'appelle « SOON maison d’esthétique », il est situé au 80 rue Jean Lebas à Roubaix en face du musée de la Piscine. Il est installé dans une ancienne demeure de maître chez un coiffeur haut de gamme « le monde addict ». Notre clientèle est une clientèle de niche. Je travaille avec la marque Phyt’s en soin visage, et avec la marque Peggy Sage en onglerie. Je fais toutes les prestations épilations, rehaussement de cils, maquillage et forfait pour les mariages, vernis semi permanent.

La marque Phyt’s n’était pas mon premier choix. C’était la marque Decléor, mais il y avait une grosse ouverture de compte chez eux et surtout c’est une marque qui n’est pas à 100% dans les instituts mais qui se trouve aujourd’hui chez de grands distributeurs tels que Sephora, avec lesquels je ne peux pas rivaliser face à leurs promotions permanentes. Pour Peggy Sage, c’est une marque que j’apprécie et avec laquelle j’ai de bons résultats, ce qui me permet de ne pas avoir un stock dormant tout en ayant la possibilité de me réapprovisionner à l’unité quand j’en ai besoin.

Selon vous quels sont les pré-requis et qualités personnelles à avoir pour exercer votre métier ?

Je pense que nous exerçons un métier ou nous devons avoir le sens de l’accueil, être bienveillantes, à l’écoute de chacune et chacun de nos clients. Un métier où les gens se confient à nous, où le respect de l’autre est essentiel car nous entrons dans l’intimité de chacun d’entre eux.

Qu’est-ce qui vous a amené à créer votre propre entreprise ?

J’ai créé ma société car j’étais déjà gérante avant de faire la formation en esthétique et que malgré les difficultés et les remises en questions permanentes qu’une cheffe d’entreprise peut rencontrer, je ne me voyais pas faire autrement. J’ai deux enfants et cela me permet d’avoir une certaine liberté pour eux. J’ai repris cette formation en ayant cette idée mais je ne savais pas forcément que j’aurais l’opportunité de le faire si rapidement mais je ne regrette rien.

De quel accompagnement à la création avez-vous bénéficié ?

Mes meilleurs alliés restent ma famille et mes amis dans ce projet. Ils m’ont accompagnée et rassurée quand j’avais des doutes et j’ai aussi bénéficié de l'aide très précieuse d’une amie qui avait elle-même créé son institut et qui m'a beaucoup aidée.

Je me suis entourée d’un expert-comptable qui est toujours de bon conseil et j’ai fait la formation d’une semaine à la chambre des métiers où nous rencontrons des intervenants du RSI, des banquiers, des assureurs qui sont là pour répondre à nos questions.

Pouvez-vous nous décrire une journée type ?

Le matin je m’occupe de mes enfants jusqu'à 9h, je pars à l’institut, je fais mes rendez-vous avec mes clientes ou clients, je travaille avec une équipe de coiffeurs de 4 personnes que j’aime beaucoup. Je rentre le soir plus ou moins tard en fonction de ma dernière heure de rendez-vous et je passe la soirée avec mes enfants, chose que je faisais rarement avant quand j’avais le restaurant et ça c’est super.

Qu’aimez-vous dans votre métier ?

J’aime la satisfaction des gens quand ils sortent du salon. Ils viennent pour passer un bon moment et prendre du temps pour eux. J’aime me dire que nous les aidons à faire un break.

Comment conciliez-vous vie professionnelle et vie personnelle ?

J’ai changé de vie professionnelle pour mes enfants. Mon mari a également sa société, il n’est donc pas souvent à la maison. Nous avons fait ce choix afin que l’un d’entre nous soit plus présent.

Mon aîné va à l’école, le deuxième est gardé par une nourrice. En général le soir je les retrouve vers 19h / 19h30 et j’ai le temps de passer des moments de qualité avec eux. Ce n’est pas toujours facile car en tant que maman il y a toujours des imprévus mais c’est super car nous faisons ce que nous aimons.

Quels conseils donneriez-vous aux élèves qui veulent se lancer dans cette aventure ? Quelles sont les erreurs à éviter ?

Je leur conseille de bien s’entourer et de ne pas hésiter à demander de l’aide. Il faut savoir que le parcours n’est pas toujours évident mais que ça vaut le coup de faire ce qu’on aime. Profitez de chaque chose qui pourrait être un plus pour vos vies professionnelles durant votre formation comme les stages ou le jeu d’entreprise, et dans lesquelles vous apprendrez beaucoup.

Ayez confiance en vous, ne vous arrêtez pas à chaque difficulté, sachez que c’est grâce à certaines erreurs que nous avançons.

L’erreur à éviter est de penser que vous n’y arriverez pas.